Etats Unis, élections, clips de campagne et financement

Etats Unis, élections, clips de campagne et financement

Etape obligée des élections présidentielles aux Etats Unis, nous allons bientôt pouvoir découvrir en masse les spots de campagne des différents candidats.

Ce marché en constante croissance depuis les années 50 est aujourd’hui à son plus haut avec une estimation des recettes publicités à 4 milliards de dollars.

I. Que sont ces spots ?

Après des premières salves positives, ces spots s’avèrent être souvent de mauvais goûts et bas du front. Mis en place directement par le candidat ou par certains de ses soutiens (groupe d’influence, etc…), ils durent de quelques secondes à quelques minutes et visent principalement à salir la réputation de l’adversaire.

On estime que plus de 80% des spots diffusés correspondent à des attaques personnelles ou professionnelles contre l’adversaire politique, mais ne portent pas message positif concernant l’émetteur… Cela en dit long sur l’apprêté de la campagne, la dureté des rapports durant celle-ci et ce que l’on pense qui décidera les électeurs américains…

Saluons ainsi le dernier clip d’Hillary Clinton :

Mais aussi, quelques perles, avec un sénateur républicain qui grille du bacon au fusil d’assaut :

Et un superbe spécimen de clip « anti » de 2011 concernant Newt Gingrich :

Et nous vous épargnerons les campagnes de 2012 accusant Obama de meurtre (publicité diffusée dans le Kentucky), et autres approches toutes plus dégradantes les unes que les autres.

II. Mais qui est à l’origine du financement de ces campagnes records ?

Le financement de ces campagnes est extrêmement libre aux Etats-Unis. Bien plus aujourd’hui qu’il y a quelques années, et évidemment bien plus qu’en France.

La loi américaine permet en effet depuis 2010 (décision Citizens United vs Federal Election Commission de la Cour suprême) et 2014 (loi fédérale) un déplafonnement des dons pour les particuliers et les entreprises, tout en assurant que les espaces achetés directement par les candidats soient fixés au prix les plus bas. Ce n’est par contre pas le cas pour les achats effectués par les groupes d’influence, qui, eux, paient le prix fort.

Notons que d’après le New York Times, un groupe restreint de citoyens américains financerait pour plus de la moitié des dons. Il y aurait ainsi seulement 158 familles américaines qui donneraient pour plus de la moitié des financements !

Ces familles, le prestigieux journal les qualifient de pour « une écrasante majorité, blancs, riches, vieux et de sexe masculin, dans une nation qui ne cesse d’être refaçonnée par les jeunes, les femmes et par le vote des Noirs et des Hispaniques ».

Le journal précise ensuite que sur ces 158 familles, une grande part est issue des secteurs financiers ou de l’énergie et qu’elles soutiennent pour l’immense majorité (85%!) les Républicains.

1
2

Crédit New York Times

III. Un message brouillé ?

Pour résumé et en grossissant le trait, nous avons donc : un financement gigantesque, fourni en grande partie par une extrême minorité non représentative, servant à diffuser des messages globalement extrêmement négatifs.

Il faut s’interroger du point de vue de la communication et des stratégies mise en oeuvre si cette course aux financements n’est pas néfaste sur les messages « vrais » que doivent porter les candidats dans la mesure où ils semblent n’offrir que toujours plus de dénigrement. Encourage-t-on les candidats à porter des valeurs ou cherche-t-on simplement à être moins pourri que celui d’en face ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s